Matthieu THOMAS

Senior Manager

Méthode à la une

ARTICLE

Publié le 17/12/2021

Une remontée des taux salvatrice pour les banques / assureurs ?

Vous ne le suiviez peut-être pas au jour le jour mais durant l’été 2020, lorsque vous pensiez que la situation sanitaire était sous contrôle, les rendements du 10 ans US étaient de 0,5%. 4 mois plus tard, lorsque vous essayiez de profiter d’une pause de Noël, les rendements avaient doublé et ils ont atteint un pic en mars (1,70%) avant de baisser fortement (1,2% à mi-juillet 2021). (Très) Rares ont été les occasions dans le passé où la hausse des rendements a été si forte en si peu de temps en raison du retour des anticipations d’inflation liées à la reprise économique. Est-ce que cela signifie que les secteurs bancaires et assurantiels voient enfin la lumière au bout du tunnel de valorisation ? Probablement oui, mais…

Les mécanismes de transmission entre les rendements et les indicateurs de création de valeur des banques / assureurs sont quelque peu différents, que l’on soit une banque de détail, une BFI, une banque universelle, un assureur vie ou un assureur non-vie. Pour faire simple, voici les grandes conséquences (majoritairement positives) d’une pentification de la courbe des taux pour les banques et les assureurs :

Pour les banques:

  • financement à court-terme à des taux toujours bas et prêts à des maturités plus longues et des taux supérieurs,
  • financement des dépôts toujours sous les taux de marché,
  • le remplacement des prêts à taux d’intérêt plus bas par des prêts à taux d’intérêt plus élevés, relutif sur les marges nettes d’intérêt. La hausse des taux a toutefois quelques effets négatifs (i.e. augmentation du coût de la dette des ménages / entreprises). Les banques s’y sont préparées puisque les provisions des 10 plus grandes banques européennes ont dépassé €60bn en 2020, le niveau le plus élevé depuis 2012

Pour les assureurs:

  • le « canal de revenu » : en raison de la forte exposition du secteur aux actifs à revenu à taux fixes et longs, les revenus bénéficieront du fait que le cash provenant des primes payées et des placements arrivant à échéance devront être progressivement réinvestis sur des niveaux de taux plus élevés,
  • le « canal du bilan » : la duration du passif est souvent plus élevée que celle des actifs. Par conséquent, un taux d’intérêt plus élevé dépréciera davantage le passif que l’actif, toutes choses étant égales par ailleurs.

Il y a cependant plusieurs éléments qui peuvent limiter l’impact positif d’une hausse graduelle des taux. Premièrement, certaines banques sont en train de passer à un modèle où la part des fees est plus élevée et où donc, la part des marges nettes d’intérêt est plus faible (e.g. 50% en Italie contre 60% en Allemagne). Deuxièmement, l’impact dépendra de la maturité des prêts, et il existe des différences importantes en Europe (65% des prêts aux entreprises ont une maturité supérieure à 5 ans en France contre 45% en Italie). Troisièmement, en ce qui concerne l’assurance, des études ont montré que, plutôt que le niveau absolu des taux, c’est la volatilité qui est un facteur clé dont les compagnies d’assurance-vie devraient profiter à court terme principalement.

Alors que la hausse des taux, si elle se prolonge, aura principalement des effets positifs sur les indicateurs de création de valeur des banques et des assureurs, les défis structurels des banques et des assureurs ne seront pas résolus pour autant : I) Les taux restent toujours bas en absolu en perspective historique, II) la concurrence des nouveaux acteurs numériques met toujours plus en danger la fidélité des clients, III) Le fardeau réglementaire est là pour rester en plus d’être onéreux à honorer, IV) La gestion des risques reste essentielle et coûteuse lorsqu’elle est imparfaite. Par conséquent, nous pensons que malgré la hausse potentielle des taux d’intérêt, les structures dirigeantes des banques et assureurs doivent continuer de se focaliser sur ces 3 points :

  • Continuez à vous concentrer sur votre cœur de métier.
  • Abandonnez les activités non essentielles et devenez chef de file sur votre cœur de métier.
  • Accélérez la transformation numérique pour optimiser le modèle opérationnel et améliorer l’expérience client

 

Les contenus associés

ARTICLE

Assurer une montée en compétences efficace : combiner formation et Knowledge Management grâce à l'IA Générative

Publié le 18/06/2024
Les entreprises doivent améliorer les compétences de leurs collaborateurs via la formation et le Knowledge Management. L’IA générative facilite l’accès à l’information et innove en matière de formation. Le projet Didia de Didask combine un coach IA et une formation dynamique. Stanwell aide à élaborer et mettre en œuvre cette stratégie.

ARTICLE

Digital Operational Resilience Act (DORA)

Publié le 03/06/2024
Le règlement « DORA » du parlement européen, qui rentre en application en janvier 2025, définit une série d’exigences sur la résilience opérationnelle digitale. Il s’applique à toutes les entités financières opérant en Europe. Parmi les principales nouveautés mises en lumière par le règlement, nous avons :

TENDANCE DÉCRYPTÉE

Individualisation, système ouvert, apprentissage social … découvrez les tendances qui transforment les universités d’entreprise

Publié le 21/05/2024
Découvrez les tendances clés des universités d’entreprise en 2023 avec notre benchmark exclusif. Explorez les stratégies innovantes pour développer les compétences, promouvoir la culture d’entreprise et attirer les talents.