Mathieu CABROL

Associé

Méthode à la une

ÉTUDE

Publié le 01/09/2021

Le rapport des français à l'épargne 2021

Pour une présentation détaillée de cette étude, contactez-nous : m.cabrol@stanwell.fr et m.thomas@stanwell.fr

 

Le paysage de l’épargne, sous toutes ses formes, est en transformation profonde. Nous avons ressenti la nécessité de revenir aux besoins fondamentaux des épargnants français, pour comprendre leur rapport personnel à l’épargne.

L’étude a été réalisée au 1er trimestre 2021 auprès d’un échantillon de 1000 sondés, résidants en France, âgés de plus de 18 ans et disposant d’une épargne financière au niveau du foyer d’au moins 5 000 euros. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, selon les critères d’âge, de sexe et de lieu de résidence.

 

Un effort qui rassure

58% des épargnants considèrent l’acte d’épargner comme un effort exigeant une discipline constante et dans la durée.

49% des épargnants se rassurent par l’acte de gestion de leur épargne, 19% s’amusent.

 

Des projets précis ? Pas vraiment

81% des répondants épargnent pour « faire face aux aléas de la vie », et 59% pour « préparer les futurs projets ».

42% seulement citent la préparation de la retraite parmi leurs motivations à épargner, loin devant tout autre projet défini.

 

La sécurité financière, une notion subjective dont l’atteinte peut faire (un peu) bouger les lignes

60% des sondés estiment ne pas avoir atteint leur seuil de sécurité financière.

4 épargnants sur 5 estiment qu’atteindre ce seuil ne changerait pas vraiment leur manière de gérer leur épargne.

 

On n’est jamais mieux servi que par soi-même (vraiment ?)

72% les sondés comptent essentiellement sur eux-mêmes dans leurs décisions d’épargne et 67% veulent gérer leur épargne en autonomie.

Pourtant, 41% déclarent s’appuyer sur leur conseiller bancaire en la matière.

 

L’assurance-vie, entre amour et malentendus

61% des sondés détiennent au moins un contrat d’assurance-vie.

50% seulement savent que le capital investi n’est pas bloqué 8 ans et 58% seulement ont conscience que le capital n’est pas intégralement garanti.

 

Le bien commun, d’accord, mais…

76% des sondés estiment que la recherche de sens ne peut se faire au détriment du rendement.

90% des répondants n’envisageraient d’orienter qu’une part minoritaire de leur épargne vers des investissements porteurs de sens.

27% seulement des sondés voient dans un label le gage d’investissements porteurs de sens, mais 81% soulignent l’importance du fléchage pour garantir le sens de leur investissement.

 

Impacts et recommandations pour les acteurs de l’épargne

  • Renouveler la segmentation client en intégrant les comportements d’épargne sur la base d’une analyse des flux et de leur destination
  • Repenser l’approche conseil par les projets
  • Faire évoluer la posture des conseillers autour du triptyque écoute / pédagogie / réassurance et accompagnement des décisions
    • Ecouter les préoccupations des clients
    • Faire de la pédagogie sur les produits
    • Réassurer les clients lors de la réalisation d’opérations
  • Développer une offre digitale complémentaire, à la fois support à la pédagogie, aide à la décision et selfcare
  • Refondre vraiment l’offre produits ESG pour plus de transparence, de fléchage et de circuit court, dans une logique similaire au crowdfunding

 

Auteurs : Mathieu Cabrol
Co-auteurs : Matthieu Thomas

Les contenus associés

ARTICLE

Assurer une montée en compétences efficace : combiner formation et Knowledge Management grâce à l'IA Générative

Publié le 18/06/2024
Les entreprises doivent améliorer les compétences de leurs collaborateurs via la formation et le Knowledge Management. L’IA générative facilite l’accès à l’information et innove en matière de formation. Le projet Didia de Didask combine un coach IA et une formation dynamique. Stanwell aide à élaborer et mettre en œuvre cette stratégie.

ARTICLE

Digital Operational Resilience Act (DORA)

Publié le 03/06/2024
Le règlement « DORA » du parlement européen, qui rentre en application en janvier 2025, définit une série d’exigences sur la résilience opérationnelle digitale. Il s’applique à toutes les entités financières opérant en Europe. Parmi les principales nouveautés mises en lumière par le règlement, nous avons :

TENDANCE DÉCRYPTÉE

Individualisation, système ouvert, apprentissage social … découvrez les tendances qui transforment les universités d’entreprise

Publié le 21/05/2024
Découvrez les tendances clés des universités d’entreprise en 2023 avec notre benchmark exclusif. Explorez les stratégies innovantes pour développer les compétences, promouvoir la culture d’entreprise et attirer les talents.